Exhortez le gouvernement de Tanzanie à mettre fin aux mutilations génitales des femmes et filles en cours dans le district de Tarime

Egalité Maintenant vient d'émettre une Alerte Urgente - Egalité Maintenant appelle le gouvernement de Tanzanie à mettre fin aux mutilations génitales sur les filles et les femmes dans le district de Tarime. Egalité Maintenant est profondément préoccupé par les informations selon lesquelles plus de 5000 jeunes filles risquent de subir des mutilations génitales féminines (MGF) au cours des prochaines vacances de Noël dans le district de Tarime. Veuillez rejoindre Egalité Maintenant et exhorter le gouvernement tanzanien à s'assurer immédiatement que les filles de Tarime soient protégées contre les MGF et que les auteurs les ayant pratiquées soient arrêtés et reçoivent  la peine maximale prévue par la loi.

Voici une traduction en français de la lettre qui sera envoyée au gouvernement tanzanien en anglais  :

Cher [Président] [Premier ministre] [Ministre] [Inspecteur général] [Commissaire adjoint de la police]

Je vous écris pour exprimer ma profonde préoccupation concernant les informations selon lesquelles plus de 5000 jeunes filles risquent de subir des mutilations génitales féminines (MGF) au cours des prochaines vacances de fin d’année dans un certain nombre de villages du district de Tarime, dans la région de Mara. Tarime a un taux très élevé de MGF. Elles sont effectuées sur des cohortes de jeunes filles dans des cérémonies ayant lieu au moins tous les deux ans dans presque tout le district.  Selon des rapports, plus de 250 jeunes filles auraient déjà subi des MGF à Tarime au cours des derniers jours et plus de filles subiront la pratique puisqu'il est prévu que l'excision aura lieu chaque jour à partir de maintenant jusqu'à la mi-Janvier 2011.

Malgré le fait que les MGF soient interdites en vertu du Sexual Offences Special Provision Act 1998, le gouvernement semble n'avoir rien fait pour empêcher ces jeunes filles de subir des MGF, notamment dans des cérémonies connues du public.  La police dans le district de Tarime n'a jusqu'ici pas réussi à arrêter un seul des auteurs ayant fait subir des MGF aux filles en dépit de l'obligation, en vertu de l'article 5 de la Police Force Ordinance Cap.322, de "détecter et prévenir le crime et d'arrêter les auteurs".

En omettant de prendre des mesures pour empêcher les filles de subir des MGF, le gouvernement tanzanien ne remplit pas ses obligations envers les conventions des droits humains régionales et internationales.  L'article 5 (d) du Protocole à la Charte africaine des droits et des peuples relatif aux droits des femmes en Afrique exige que le gouvernement protège les femmes et les filles risquant de subir des MGF.  La section 21de la Charte africaine des droits et du bien-être de l'enfant exige que le gouvernement élimine les pratiques sociales et culturelles néfastes et en particulier celles "préjudiciables à la santé ou à la vie de l'enfant."  La Tanzanie est également membre d'autres conventions internationales qui interdisent les pratiques traditionnelles néfastes, dont la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDAW) et la Convention relative aux droits de l'enfant (CRC).

Veuillez agir d'urgence et immédiatement pour s'assurer que les filles de Tarime soient protégées contre les MGF et que les auteurs les ayant pratiquées soient arrêtés et reçoivent  la peine maximale prévue par la loi.  Assurez-vous aussi que la police prenne des mesures décisives afin de faire appliquer la loi pour le bénéfice de toutes les filles et les femmes en Tanzanie risquant des MGF, et prenne d'autres mesures de prévention et de protection le cas échéant, conformément aux obligations nationales et internationales de la Tanzanie.

This action is no longer active. To view the current list of our active campaigns click here