Egypte: empêcher les violences sexuelles envers les femmes qui revendiquent leurs droits

    
Des manifestants en campagne sur la place Tahrir. Slogan affiché sur les t-shirts: «Exprime- toi, ne te tais pas.» ©Zain El Abdeen Fou’ad
Egalité Maintenant  vient de publier une mise à jour à l’Action 38.1 (Juillet 2011) – Egypte: veillez à ce que les droits des femmes soient pris en compte dans l’Egypte post-Moubarak.

Depuis la révolution de début 2011, les femmes, y compris les activistes pour les droits des femmes, continuent de payer le prix fort pour avoir revendiqué leurs droits. Des foules qui semblent agir de manière organisée recherchent activement et attaquent les femmes qui militent dans l’espace public. Des témoignages d'hommes et de femmes ayant manifesté pacifiquement sur la place Tahrir en faveur d'un gouvernement inclusif et représentatif révèlent la manière dont des femmes ont été molestées par des groupes d’hommes. Selon les manifestants, ces actions, peut-être organisées par des représentants du gouvernement, ont pour but de réduire les femmes au silence et de décourager leur participation. Selon des témoignages recueillis par la New Woman Foundation, Nazra for Feminist Studies et le Centre El-Nadim pour la réhabilitation des victimes de violences et de torture, plus d’une vingtaine de femmes ont été attaquées pour la seule journée du 25 janvier 2013 sur la place Tahrir et aux alentours. Cette augmentation du nombre d’agressions sexuelles survenues en public lors de manifestations politiques est extrêmement préoccupante.

Veuillez nous rejoindre et exhorter les autorités égyptiennes à:

  • Mettre fin aux tactiques d'intimidation et aux violences sexuelles perpétrées contre les femmes qui défendent leurs droits
  • Veiller à ce que toute agression sexuelle, que ce soit en public ou en privé, fasse l'objet d'enquêtes approfondies et de sévères poursuites
  • Elaborer des méthodes pour que les femmes soient pleinement intégrées à tous les processus gouvernementaux et administratifs

Voici une traduction en français de la lettre qui sera envoyée au gouvernement égyptien.

Je vous écris pour exprimer mon soutien aux Egyptiennes qui continuent à exiger leur pleine intégration à toutes les institutions post-révolution et aux cadres politiques tels que définis dans la Charte des Egyptiennes de 2011. Les Egyptiennes méritent d'être reconnues comme citoyennes à part entière et elles ne devraient pas être soumises à des violences sexuelles pour avoir revendiqué leurs droits.

L'augmentation du nombre d’incidents de violences sexuelles, qui semblent planifiés, perpétrés sur la place Tahrir et aux alentours est alarmante. Je vous exhorte à mettre fin aux tactiques d'intimidation et aux violences sexuelles perpétrées contre les femmes qui défendent leurs droits. Veuillez agir rapidement et de façon décisive pour empêcher cette violence contre les femmes, faire en sorte que les auteurs de violences rendent des comptes dans un délai raisonnable, et veiller à ce que tous les citoyens, y compris les femmes, aient le droit de participer pacifiquement à des manifestations ou à des débats concernant l'avenir du pays de manière libre, sans être victimes de harcèlement ou d’intimidations. Je crois comprendre que votre gouvernement a lancé une « Initiative pour soutenir les droits et libertés des Egyptiennes. » J’espère que cela aboutira à de solides mesures contre la violence envers les femmes, un problème fondamental, et contre la discrimination dont elles sont victimes. Je vous invite également à pleinement intégrer les femmes à tous les processus gouvernementaux et administratifs.

Les obligations internationales de l'Egypte, y compris en vertu du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels et de la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes, exigent la pleine égalité entre hommes et femmes ainsi que l'interdiction et la prévention de la violence sexiste.

De telles mesures feraient en sorte que les droits des Egyptiens et Égyptiennes soient respectés et contribueront à faire de l’Egypte un endroit plus sûr.

Interim President Adly Mansour


Prime Minister Ibrahim Mehleb


Minister of Justice Mr. Nayer Adel-Monei Othman


Pour en savoir plus sur la campagne, cliquez ici :
http://www.equalitynow.org/fr/take_action/agissez_action382