Jordanie: accorder aux femmes les mêmes droits de citoyenneté qu’aux hommes

MISE A JOUR - 27 JANVIER 2014: le gouvernement jordanien a le 12 janvier dernier donné son approbation pour accorder certains droits civils aux conjoints étrangers de jordaniennes et à leurs enfants, y compris des permis de séjour et un meilleur accès aux établissements médicaux publics, à l'éducation, et à l’emploi  dans le secteur privé. Ces mesures atténueront considérablement les difficultés des familles concernées, et nous exhortons le gouvernement à les mettre en œuvre sans délai.

Cependant, puisque la discrimination fondée sur le sexe demeure présente dans la loi sur la nationalité jordanienne, notamment le fait de ne pas accorder aux femmes le droit de transmettre leur nationalité à leurs enfants et conjoints étrangers, Egalité Maintenant continue d'appeler le gouvernement à modifier la loi sur la nationalité afin d’éradiquer ce type de discrimination.

Merci de votre soutien, et veuillez continuer à consulter cette page pour de futurs appels à l'action et mises à jour.


“(Ma mère est) Jordanienne, j’ai droit à sa nationalité.”

Egalité Maintenant a publié une Action appelant les autorités jordaniennes à modifier la loi sur la nationalité afin d’accorder aux femmes, conformément aux obligations juridiques internationales de la Jordanie, les mêmes droits de citoyenneté qu’aux hommes.

En vertu de la loi jordanienne no 6 sur la nationalité datant de 1954 et amendée pour la dernière fois en 1987, les femmes ne peuvent pas, à quelques exceptions près, transmettre leur nationalité à leurs enfants ou leurs époux. Les difficultés causées par cette interdiction sont nombreuses : crainte que les enfants ne soient éloignés du pays par un mari étranger et énormes difficultés juridiques pour obtenir un droit de visite, exploitation des hommes nés à l’étranger et de leurs enfants par les employeurs, et incitation à marier leurs filles à des Jordaniens à un âge précoce afin de procurer un sentiment de sécurité. En ce qui concerne les possibilités d’emploi ou d’éducation, l'accès aux hôpitaux publics ou bien la nécessité d'obtenir l'approbation du ministère de l'Intérieur pour pouvoir se marier, des restrictions supplémentaires envers les enfants issus de ces unions conduisent également à une plus grande vulnérabilité pour ces femmes et leurs familles.

Pour lutter contre cette loi qui ne s'applique pas de la même manière aux hommes et qui a un impact négatif sur la sécurité et la vie des Jordaniennes mariées à des ressortissants étrangers, Nima Habashna a lancé la campagne «Ma mère est Jordanienne, j’ai droit à sa nationalité. » La campagne, dirigée par des Jordaniennes mariées à des étrangers et ayant le soutien de l'Organisation de la femme arabe, est à l’origine d'une série de sit-in devant les bureaux du ministère de l'Intérieur et autres bâtiments officiels. Bien que des élections législatives soient en instance, un Conseil des ministres ayant le pouvoir d'adopter un amendement temporaire est toujours en activité.

Veuillez nous rejoindre en:

  • Appelant le gouvernement jordanien à modifier la loi sur la nationalité afin d’accorder sans délai aux Jordaniennes un droit égal de transmettre leur nationalité à leur conjoint et à leurs enfants.
  • Appelant le ministre de l'Intérieur à, en attendant que la loi sur la nationalité soit modifiée, accélérer les initiatives gouvernementales qui visent à faciliter la délivrance de permis de séjour aux conjoints étrangers de femmes Jordaniennes et l'accès aux services de santé et d'éducation pour leurs enfants.

Voici une traduction en français de la lettre qui sera envoyée.

Lettre 1

King Abdullah II bin Al-Hussein


Prime Minister Abdallah El Nsour


Mr. Hussein Al-Majali


Pour en savoir plus sur la campagne, cliquez ici :
http://www.equalitynow.org/fr/take_action/agissez_action451